Lauréate 2016 du Prix canadien Margolese de la conception de l'habitat

Sylvia McAdam (Saysewahum)

Portrait of Sylvia McAdam (Saysewahum)

Photo par Sylvia McAdam

Sylvia McAdam (Saysewahum)

Sylvia McAdam (Saysewahum) est originaire des terres visées par le Traité no 6, situées dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Canada, et elle est issue de la Nation nēhīyaw. Elle est cofondatrice, aux côtés de Jessica Gordon, de Sheelah McLean et de Nina Wilson, de Idle No More, un mouvement populaire mondial de défense de la souveraineté et des droits autochtones, et du respect des traités qui cherche à protéger l’environnement et à promouvoir l’égalité économique et sociale.

Sylvia McAdam (Saysewahum) est originaire des terres visées par le Traité no 6, situées dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Canada, et elle est issue de la Nation nēhīyaw. Elle est cofondatrice, aux côtés de Jessica Gordon, de Sheelah McLean et de Nina Wilson, de Idle No More, un mouvement populaire mondial de défense de la souveraineté et des droits autochtones, et du respect des traités qui cherche à protéger l’environnement et à promouvoir l’égalité économique et sociale.

Comité de sélection 2016
Photo : Quinn Dombrowski
Photo : Zach Embree
Photo : Anna Lee

À la fin 2015, dans une tentative pour faire face à la crise apparemment insoluble du logement qui affecte les collectivités des Premières Nations, Sylvia a lancé, avec un groupe dont elle fait partie, la campagne de financement communautaire One House, Many Nations. L’objectif était de recueillir des fonds pour construire des logements abordables pour ces collectivités. La campagne a eu des effets à la fois concrets et symboliques : elle a attiré une attention due de longue date au fléau de l’itinérance qui touche des Canadiens comme des Autochtones, notamment des femmes.

Sylvia McAdam est l’auteure de deux ouvrages : Nationhood Interrupted: Revitalizing nêhiyaw Legal Systems (UBC Press) et Cultural Teachings: First Nations Protocols and Methodologies (Saskatchewan Indigenous Cultural Centre), une compilation d’enseignements, d’expressions et de coutumes qui se sont transmis oralement de génération en génération.

Son travail de protection de la terre et de l’eau lui a mérité plusieurs distinctions. Elle a reçu le Prix Carole Geller des droits de la personne en 2013. Classée au rang des 100 penseurs mondiaux de tête en 2014, elle a aussi été honorée par un prix de justice sociale et, toujours en 2014, par le Prix de citoyen du monde qui lui a été décerné par le Saskatchewan Council for International Cooperation. Elle détient un baccalauréat en justice humaine de l’Université de Regina et un doctorat en droit de l’Université de la Saskatchewan.

Le terme “abri” relève des traités et de la promesse faite aux Autochtones que l’abri fait partie des choses promises. C’est une question fondamentale, à la base des droits de la personne. Lorsque l’on traite de l’abri et du logement, cela englobe un foule de choses. Il est question de la santé mentale, du bien-être des familles et de leur stabilité.

Sylvia McAdam, CBC

Cérémonie de remise du prix

2016

Biographies des membres du Comité de sélection

Harold Madi

Membre de IRAC, de l’ICU, de l’ULI

Associé fondateur, Urbanism by Design

Ancien principal associé et dirigeant d’Espaces urbains Canada, Stantec

Odile Hénault

Critique d’architecture et consultante en communications

Peter Busby

C.M., FIRAC, fellow LEED

Directeur, Perkins & Will